Cowboys & envahisseurs, la critique de Malcolm

C’est ce 23 août 2011 que je me suis rendu à l’avant première de Cowboys & envahisseurs à Vannes. Ce film possède un des titres les plus grotesques qu’il m’ait été donné de voir (genre le vieux nanard à 2 euros chez Carrefour), c’est sûr qu’on est plus habitués à voir des villes américaines détruites par des extra-terrestres belliqueux que de les voir s’acharner sur de simples cowboys de bas-étage. Mais passons sur ce détail car le titre ne fait pas le film, surtout lorsqu’il est réalisé par Jon Favreau (réalisateur d’Iron Man 1 et 2 et acteur aux nombreux films à succès) et produit par Steven Spielberg et Ron Howard.

Le film démarre sur une scène nous mettant de suite dans la peau du personnage principal, Jake Lonergan (interprété par Daniel Craig, le dernier James Bond en date). Cowboy blessé et amnésique, il se réveille en plein milieu du désert en possession d’un bracelet aux pouvoirs étonnants pour l’époque. L’objectif de ce poor lonesome cowboy sera ainsi de se souvenir de son passé tout en se dirigeant vers la petite ville d’Absolution, une ville où se trouve le colonel Woodrow Dolarhyde (interprété par Harrison Ford). Et c’est à Absolution que les envahisseurs choisissent d’enlever les habitants. Ces derniers, emmenés par le duo Craig-Ford, décident alors d’allier leurs forces et de partir à la recherche de leurs proches.

Le décor est planté, nous savons que nous allons être mangé à la sauce envahisseurs-détruisant-tout-sur-leur-passage… Et, bonne surprise, on se laisse aller en oubliant nos préjugés sur le titre et le très improbable décalage temporel du film. La photographie et les paysages sont sublimes, les costumes et l’apparence des aliens le sont tout autant. On y découvre un Harrisson Ford rayonnant de jeunesse et un grand Daniel Craig. L’atout charme du film est quant à lui campé par Olivia Wilde et ses magnifiques yeux. Quant aux effets spéciaux, ils sont tout simplement dignes d’un Iron Man sans être aussi fouillis et aussi rapides que ceux de Transformers.

En conclusion, je vous conseille vivement de dépenser les quelques euros demandés pour ce film car vous passerez, à coup sûr, un très bon moment. Un film dont j’attendrais impatiemment la sortie en DVD/Blu-ray.

Et si vous l’aviez raté, voici la bande annonce officielle (version française). 😉

À propos de Malcolm

Fan du PSG, de séries en tous genres, de musique à prédominance Hip Hop, travaille actuellement dans l'armée de terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *